La Relève, une école alternative

Parce qu’il y a une surpopulation à l’école Le Tremplin de Labelle, le projet d’école à caractère alternatif voit le jour. Un peu plus de 25 élèves se rendent à La Minerve quotidiennement pour leur éducation. Tout ça avec l’accord des parents. Le succès est au rendez-vous.

La directrice des deux établissements, Manon Doré, est fière de faire l’annonce de la réussite de ce projet qui âge maintenant de deux ans. Devant des parents, des élus, dont les maires Jean-Pierre Monette et Gilbert Brassard, Gisèle Godreau, la présidente de la Commission scolaire des Laurentides ainsi que des enseignantes et de nombreux élèves, Mme Doré a salué le projet.

À L’Information du Nord elle a confié qu’il ne fallait pas mélanger école alternative et à caractère alternatif.

Surpopulation à Labelle

De la grandissante surpopulation de l’école du village, l’idée de faire quelque chose pour une saine gestion remonte à deux ans. À La Minerve, l’école vivait avec un minimum «acceptable» pour un tel établissement.

«On voyait mal l’augmentation de la clientèle», mentionne la directrice.

Puisque le gouvernement n’est pas généreux dans les agrandissements d’école, une solution s’imposait. Vu la proximité de l’école à La Minerve, il fallait planifier le transfert de la clientèle «sans heurter les gens qui sont attachés à leur école de quartier à Labelle.»

Publicité

On n’est pas alternatif à 100%, dans le sens qu’une école alternative va obliger la participation des parents. Nous n’en sommes pas là. C’est une école de quartier avec un projet pédagogique particulier que l’on a choisi de mettre en place.Manon Doré, directrice

En consultant les équipes-écoles, le projet se met en branle. Il devait se concrétiser, car à Labelle «on agrandissait par en dedans». C’est-à-dire que les locaux que doivent garder les institutions (comme la bibliothèque) devenaient une classe.

Des parents ont refusé de transférer leur enfant à La Minerve.

«Bien sûr que l’on a compris. Mais il y a un constat: des élèves doivent aller à La Minerve. C’était de le faire sans blesser tout le monde.»

Les parents qui s’impliquent

Une enseignante a suggéré d’implanter un projet pédagogique particulier. Comme des parents étaient déjà présents dans l’école, que les enseignantes avaient une approche «multiâges» pour accueillir les élèves, la base du projet était là. À Labelle aussi des parents voulaient s’impliquer et accompagner leur enfant en cheminement scolaire.

«On a ainsi transféré 26 enfants sur une base volontaire.» La Relève a maintenant 53 élèves.

Aux parents de Labelle qui travaillent à l’extérieur, le service de garde est ouvert pour les élèves du Tremplin afin d’éviter les voyages à La Minerve.

Lors de l’inauguration le 27 octobre dernier, les hôtesses Romane et Maïka ont fait la visite de l’école aux groupes invités. Tous les locaux où travaillent les élèves furent présentés.

L’occasion a permis d’inaugurer dans la cour le petit bikejump réalisé grâce à un don de 4 120$ du député de Labelle Sylvain Pagé, une somme obtenue à l’aide d’activités au sein du Grand défi Pierre Lavoie. L’annonce a été faite par son attachée politique Isabelle Paré.

Il y a 54 élèves dans l’école séparé en 3 classes. Une classe de préscolaire, une classe de 1-2-3e année et une classe de 4-5-6eannée. À chaque année la séparation des groupes sera différentes selon les besoins de l’école.

Pour s’inscrire à l’école, il faut communiquer avec le secrétariat au 819.429.4104 poste 5800 ou par courriel àreleve@cslaurentides.qc.ca. Les résidents de La Minerve ont priorités pour l’admission.

Pour les élèves de Labelle qui désirent inscrire leur enfant ici, ils doivent faire une demande écrite à leur école.

Je m'inscris au bulletin électronique !

SONDAGE

Avez-vous l'intention de faire partie des 929 personnes qui assisteront au spectacle de PAUL PICHÉ - 40 PRINTEMPS, sous le chapiteau le 5 août prochain, à La Minerve ?
Billets en vente dès le 10 avril, à partir de 25$. Les quantités sont limitées.

 

.....

X